Verizon Digital Media Services s’empare de Volicon et de ses outils de contrôle et d’analyse des contenus vidéos

Par défaut

Verizon Digital Media Services annonce l’acquisition de l’américain Volicon, une société…

Verizon-digitalmedia-2 copie

Après AOL, Verizon rachète Volicon

… spécialisée dans les outils de capture vidéo et de contrôle des contenus pour les diffuseurs télé, les opérateurs réseau, câble, télé, satellite et IPTV, les organismes de surveillance des réseaux, ainsi que les éditeurs de contenus online.

La plateforme Observer Media Intelligence Platform (MIP) de Volicon (Visualdis France) vise à faciliter la création de contenus et leur adaptation pour le web et les réseaux sociaux, à les préparer pour la VOD et l’OTT. Mais également à contrôler leur conformité (niveaux sonores, sous-titres), à vérifier la présence des publicités et à analyser toutes sortes de datas liés aux contenus diffusés.

Volicon-Observer7-1

La plateforme Volicon Observer permet le contrôle et l’analyse de nombreux canaux vidéo

Après l’achat d’AOL par Verizon l’année dernière, la division Media numérique du géant des télécoms est à présent rassemblée sous une seule ombrelle Verizon Digital Media. En combinant sa technologie avec celle de Volicon, Verizon espère convaincre les diffuseurs d’exploiter leur contenus vidéos existants et leurs programmes sur les réseaux online à travers ses services.

Volicon Eli Warsawski

Eli Warsawski, Volicon.

Le fondateur de Volicon, Eli Warsawski, a déclaré  « Nous sommes enchantés d’intégrer la famille Verizon et notons de formidables points communs avec notre vision. Cette entreprise représente une opportunité stratégique dans l’évolution de nos produits pour le plus grand bénéfice de nos clients ».

Les termes financiers de l’accord n’ont pas été révélés.

Bob Toohey, président de Verizon Digital Media Services, indique dans un communiqué, le 16 mars 2016 :

Verizon Bob Toohey

Bob Toohey, Verizon.

« Le rôle de Volicon en tant que fournisseur de confiance auprès de plus de 1200 diffuseurs et opérateurs vidéo dans le monde – combiné à une forte expertise dans le contrôle et l’analyse vidéo -, est d’améliorer la visibilité, la transparence, et la qualité des contenus de nos clients et des publicités à travers notre capacité globale de diffusion. »

Hollywood : Le groupe beIN met la main sur le studio Miramax pour un montant non révélé

Par défaut

Miramax-Films-LogoLe groupe qatari beIN Media, propriétaire notamment de la la chaine beIN Sports et de chaines de cinéma dans 24 pays d’Afrique du Nord, d’Europe, du Moyen-Orient et aux Etats-Unis, vient d’annoncer le mercredi 02/03/2016 l’acquisition du studio de cinéma Miramax dans le cadre du développement de son offre de contenus.

Miramax continuera à fonctionner comme un studio indépendant pour le cinéma et la télévision, sous la houlette de son nouveau propriétaire.

« Nous sommes très heureux d’avoir rempli cet objectif clé dans notre stratégie », s’est réjoui Nasser Al-Khelaïfi, PDG de beIN Media Group (également président du club de football du PSG).

Le catalogue des productions Miramax comprend plus de 700 films qui ont remporté un total de 68 Oscars, notamment avec « Le Patient Anglais« , « Shakespeare in Love » ou « No Country for Old Men« .

Les studios Miramax avaient été fondés en 1979 par les frères Bob et Harvey Weinstein, qui les avaient revendus en 1993 à la Walt Disney Company pour 60 M$.

Miramax a été racheté pour plus de 600 M$ en 2010 par un groupe d’investisseurs menés par le magnat de l’immobilier Ron Tutor, associé à la firme Colony Capital et à Qatar Investment Authority. M. Tutor avait par la suite cédé ses parts aux qataris.

Colony et Qatar Investment Authority cherchaient depuis plus d’un an à revendre Miramax et son catalogue, mais aucun acheteur ne s’était présenté pour le prix d’un milliard de dollars demandé initialement.

Le montant de la transaction annoncée mercredi n’a pas été dévoilé.

Ymagis : +20% de chiffre d’affaires à 51,6 M€ au 4ème trimestre 2015

Par défaut

Ymagis Dolby-Atmos-1Ymagis, le spécialiste des technologies numériques pour l’industrie du cinéma, publie le mercredi 10/02/2016 son activité consolidée pour le 4ème trimestre 2015. Sur le trimestre, le chiffre d’affaires du Groupe s’établit à 51,6 M€ en progression de +20,7% par rapport au 4ème trimestre 2014. En cumul sur l’exercice 2015, le chiffre d’affaires du Groupe s’élève à 157,7 M€ en progression de +86,4% par rapport à l’exercice 2014 publié, et en croissance de +4,8% par rapport à l’exercice 2014 pro forma (1).

Pour rappel, Ymagis a repris au 1er août 2015 les activités et certains actifs d’Eclair Group, dans le cadre d’une procédure de redressement judiciaire. L’opération a été l’occasion pour le Groupe de reclasser les activités du pôle Content Services en trois segments afin d’offrir une meilleure lisibilité : (1) Distribution/Préservation, (2) Post-production/Restauration et (3) Adaptation. Les revenus d’Eclair sont consolidés à compter du 1er août 2015 et contribuent significativement à la croissance du chiffre d’affaires du groupe au 4ème trimestre 2015. (lire le communiqué)

Ymagis’ bid to take over Eclair Group’ businesses accepted by the Nanterre Commercial Court

Par défaut

Ymagis Group (ISIN: FR0011471291, TICKER: MAGIS), the European specialist in digital technologies for the cinema industry, has announced the 31th of july that its offer to take over the businesses and certain assets of Eclair Group was accepted today by the Nanterre Commercial Court as part of the company’s rehabilitation proceedings, which began on 12 June 2015.

Eclair01Over the last few years, Eclair Group has been severely hit by the sharp decline in its photochemical activities due to the transition of the whole industry from film print to digital. The group significantly reduced its revenue and workforce, which considerably affected its financial position. After several years of restructuring, the Group has refocused on future-oriented activities grounded in four major areas: localisation businesses (subtitling, dubbing, etc.), content distribution services, film and video restoration, and postproduction. Eclair Group’s consolidated financial statements show that in 2014 it generated €37.7m in revenue, almost entirely from the French market, and negative operating income of €3.5m.

Under the terms of the offer, Ymagis will purchase Eclair Group’s operating activities, its holdings in several subsidiaries in France, Germany and Morocco, tangible assets including property and some intangible assets. Ymagis will not take over any liabilities incurred by Eclair Group before the judgment deciding about the cession plan.

To manage the businesses acquired, Ymagis will create two new subsidiaries that will be wholly-owned by Ymagis SA: Eclair Media SAS taking over the content distribution and localisation services, and Eclair Cinéma SAS being responsible for postproduction and restoration.

These businesses will complement Ymagis Group’s existing « Content Services » division in terms of digital content delivery to movie theatres, opening the group up to new developments in video businesses (services for TV channels, VOD platforms, etc.). Ymagis’ goal is to develop these activities internationally once Eclair’s restructuring has been completed.

Of the 320 people currently employed by Eclair Group, 233 will join the new structures Eclair Media SAS and Eclair Cinéma SAS as well as the subsidiaries taken over. A team of specialists dedicated to managing these activities will be recruited and will report to Ymagis’ management committee.

Ymagis will pay €670k to acquire these assets, including inventory. Furthermore, Ymagis will contribute €217k to the redundancy programme for employees not kept on, and will assume responsibility for €337k in fees owed to specific suppliers in order to ensure the businesses can continue operating. The total amount of approximately €1.2m will be fully financed by the company’s own equity. The Group is now in talks with its financial partners to optimise the financing of its operational cash flow.

The takeover comes into effect on 1 August 2015. The Eclair Group’s earnings will be consolidated starting from that date.

Jean Mizrahi, Chairman and Chief Executive Officer of Ymagis. « We will put our expertise, technical knowledge, business skills and international network to work in rejuvenating the century-old company, whose name is respected worldwide. The goal is to help Eclair recover its past glory. »

Fonds Unique Interministériel (FUI) : 3 projets labellisés Imaginove aidés à hauteur de 10M€

Par défaut

Imaginove - FUITrois projets de R&D collaboratifs labellisés par le pôle de compétitivité Rhône-Alpes Imaginove reçoivent un financement FUI de plus de 10M€ et une aide globale supérieure à 4,7M€ de l’Etat et des collectivités locales, apprend-on du pôle de compétitivité.

Il s’agit des projets Overmind (TeamTO, Folimage, Inria Grenoble), logiciel open-source de suivi et de planification de production ; Live360 TV (Kolor, Inria Grenoble), solution de restitution vidéo et audio immersifs à 360° ; HuMa (Sydo, CITI), outils de protection informatique contre les hackers.
Le Fonds Unique Interministériel (FUI) – appels à projets lancé 2 fois par an sous l’égide de la DGE (Direction Générale des Entreprises) – permet de financer des domaines de R&D obligatoirement labellisés par les pôles de compétitivité.

Les conditions pour être candidat au FUI

Le projet doit être collaboratif avec au moins deux entreprises, indépendantes l’une de l’autre, et un laboratoire public ou un organisme de formation.

Le projet doit être innovant : son objectif doit être de développer un ou plusieurs nouveaux produits, procédés ou services à fort contenu innovant. Il doit également être en cohérence avec la stratégie du pôle de compétitivité.

Le projet doit pouvoir présenter des retombées économiques prévisionnelles : création d’activité et d’emplois à court et moyen terme, croissance de chiffres d’affaires, investissements de R&D projetés, brevets anticipés…

Le projet doit impliquer des PME et ETI (entreprise de taille intermédiaire) : les dépenses qu’elles engagent doivent être de l’ordre de 20% ou elles doivent intervenir sur une partie essentielle du projet pour être considérées comme partie prenante du projet.