SMPTE (ratification) : le format d’archivage AXF devient la norme internationale ISO / IEC 12034-1

Par défaut
Objets AXF disposés sur des supports de stockage et relation entre la charge utile et les éléments structuraux à l_intérieur de l_objet AXF

Présentation des objets AXF disposés sur des supports de stockage et liens existants entre la charge utile et les éléments structuraux à l’intérieur de l’objet AXF

La vénérable institution américaine SMPTE (Society of Motion Picture and Television Engineers) a annoncé le 19 oct. 2017 que le format Archive eXchange FormatAXF [dont elle a publié les spécificités en septembre 2014, Ndlr] a été approuvé par les organisations ISO / IEC et deviendra officiellement une norme internationale référencée ISO / IEC 12034-1 dans les semaines à venir.

AXF, le sauveur d’archive

AXF est un conteneur de fichiers à base informatique qui peut encapsuler n’importe quel nombre et type de fichier, dans un package entièrement indépendant et auto-descriptif. Il permet l’interopérabilité entre les différents systèmes de stockage. Et garantit la disponibilité à long terme du contenu, quel que soit l’évolution de la technologie de stockage ou du système de création/archivage des fichiers.

Brian Campanotti CloudfirstIO

Brian Campanotti, président de Cloudfirst.io, a activement travaillé à la normalisation de l’AXF avec l’ISO / IEC.

« La ratification de l’ISO / IEC représente une avancée majeure pour ce standard et pour tous ceux qui cherchent à stocker, protéger et préserver des ressources numériques précieuses », a déclaré le président de Cloudfirst.io, Brian Campanotti, contributeur clé à la création d’AXF et un des principaux acteurs de sa ratification. « L’adoption officielle d’AXF en tant que norme internationale ISO / IEC intervient après une décennie de travail ; nous pensons qu’elle jouera un rôle significatif dans sa globalisation alors qu’elle sert déjà à préserver de précieux pétaoctets d’actifs numériques dans le monde. »

Capture d_écran 2017-10-25 à 17.07.47

« L’AXF est un standard ouvert tourné vers le stockage à long terme, la préservation et le transport du contenu sur base fichier »

AXF a été défini comme un encapsuleur (« wrapper »), ou conteneur (« container »), capable de contenir de manière très résiliente des quantités pratiquement illimitées de fichiers et de métadonnées, liés les uns aux autres quelque soit leur combinaison. Connus sous le nom d’« objets AXF », de tels conteneurs peuvent regrouper toutes les informations nécessaires à de nombreux équipements afin d’accéder et de restaurer les données archivées. Parce que le format utilise le langage XML (eXtensible Markup Language) pour définir les informations d’une manière lisible et récupérable par tout système informatique moderne, les « objets AXF » sont virtuellement « immunisés » contre les changements de technologies et de formats et « sont compatibles avec toutes les architectures de stockage existantes et futures », selon SMPTE.

Un format agnostique

Capture d_écran 2017-10-25 à 17.07.03Les « objets AXF » ne sont pas limités par les contraintes de compatibilité du support sur lequel ils sont stockés. En segmentant automatiquement les fichiers, en stockant sur plusieurs supports et en ré-assemblant les objets AXF lorsque cela est nécessaire, les « ensembles fractionnés » peuvent être conservés sur plus d’un médium – et sur n’importe quel type (ou génération) de média. Les « ensembles collectés » permettent aux entreprises la mise à jour des objets AXF ou des fichiers AXF, tout en conservant les versions antérieures, y compris un historique, même dans le cas d’un stockage à écriture unique (« write-once storage ») ou d’une connectivité WAN (réseau étendu).

S. Merrill Weiss_SMPTE

S. Merrill Weiss, président de Merrill Weiss Group LLC et du groupe de travail AXF à la SMPTE

« De nombreuses entreprises se tournent désormais vers le cloud pour la gestion et la préservation des archives à long terme », explique S. Merrill Weiss, président de Merrill Weiss Group LLC et du groupe de travail AXF à la SMPTE. « Avec le cloud, AXF jouera prochainement un rôle beaucoup plus important en permettant l’interopérabilité entre les systèmes de stockage actuels et en assurant un accès futur aux actifs, quel que soit le stockage délocalisé ou le fournisseur d’applications permettant de créer les objets AXF ».

Technologie « future proof »

La nature d’AXF permet aux fabricants d’équipements et aux ayants droit « d’encapsuler » le contenu de leurs supports d’archivage actuels au format AXF. Celui-ci permet la récupération des fichiers même en l’absence des systèmes qui les ont créés. Un moyen agnostique de protéger les contenus audiovisuels des dommages du temps. En conservant les informations de préservation telles que le contexte, la fixité et la provenance, comme spécifié par la norme OAIS (Système ouvert d’archivage d’information), AXF permet une protection efficace à long terme du contenu fichier. Les structures AXF redondantes et les algorithmes de hachage cryptographique assurent la résilience et le moyen de récupérer les données stockées. Plus d’informations sur OpenAXF.org, le portail de la communauté AXF.

« Dans le cadre du processus de ratification ISO / IEC AXF, SMPTE a été formellement reconnu en tant qu’organisation de présentation de normes », a déclaré Alan Lambshead, vice-président SMPTE des normes. « Ce statut aidera considérablement les autres comités technologiques SMPTE à élargir la portée du travail global que nous menons sur les formats les plus essentiels. »

Worldline : Partenariat entre Pathé, Atos (Worldline) et Hiventy pour la conservation numérique des films

Par défaut

Archive pellicule

Pathé, Worldline (filiale du groupe Atos) et Hiventy (prestataire technique de la distribution audiovisuelle) nouent un partenariat pour mettre en place un système d’archivage hautement sécurisé dédié à la préservation et à l’exploitation des films de cinéma conservés au format numérique, Paris le 13/09/2017.

Ce dispositif d’archivage numérique innovant, s’appuyant sur les infrastructures hautement sécurisées de Worldline (acteur mondial de référence dans le secteur des
paiements et des services transactionnels) et intégrant la solution Cantemo Portal (Media Asset Management) représentée en France par Ivory, vise à conserver les fichiers numériques des films de manière pérenne, économique et sûre.

Cette initiative fait suite à un appel d’offres ouvert et à plusieurs mois d’études et d’échanges, pour lesquels Pathé a bénéficié de l’expertise indépendante d’Orange Consulting.

Pour Pathé, un des pionniers du cinéma mondial, détenteur d’un catalogue de 800 longs-métrages, il s’agit, dans le cadre de sa transformation numérique, d’une initiative indispensable dans l’intérêt des œuvres et de leurs ayants-droit (auteurs, co-producteurs), en parallèle à l’action qu’il conduit également, avec ses
partenaires techniques, pour préserver les éléments originaux des films conservés sur support photochimique.

Cohen Media Group (USA) soutient la Cinémathèque française et devient mécène du festival Toute la Mémoire du Monde

Par défaut
charles_s-_cohen_at_miff

Charles S. Cohen, nouveau mécène du Festival de la Cinémathèque « Toute la Mémoire du Monde ».

La Cinémathèque française et Charles S. Cohen, propriétaire et Président directeur général de Cohen Media Group et Cohen Film Collection, annoncent le 27/02/2017 passer un accord de partenariat pour le patrimoine cinématographique mondial. Cohen Film Collection fournira à la Cinémathèque française des films provenant de son catalogue cinématographique, tandis que l’institution française proposera, à son tour, des films à Charles S. Cohen destinés à être projetés au Quad Cinema, salle de spectacle à New York, et au SilverScreen Theater, situé dans le Pacific Design Center de West Hollywood. Cohen Media Group est le distributeur historique de films français le plus prolifique aux États-Unis.

silver-screen-theatre

Vue extérieure du cinéma SilverScreen (Cohen Media Group) dans le Pacific Design Center à Hollywood, Los Angeles – California.

Dans le cadre de ce nouvel accord, Cohen Media Group devient l’un des mécènes officiels du Festival « Toute la mémoire du monde ». Cet accord est conclu pour deux ans et débutera avec le lancement du festival 2017, qui se déroulera du 1er au 5 mars, à Paris, avec Joe Dante et Wes Anderson comme invités d’honneur.

Celluloid Angels, plateforme participative de restauration des films, mobilise les villes de France

Par défaut

celluloidangels_ambassadeurs-003Lancée il y a bientôt quatre mois, Celluloid Angels, plateforme participative de financement pour la restauration des films de patrimoine, a déjà réussi à réunir de nombreux cinéphiles sensibles à la sauvegarde des films anciens. Pour aller plus loin, la plateforme a décidé de créer son Club des Ambassadeurs et lance un appel à toutes les villes de France afin d’inviter leurs habitants à se mobiliser pour la restauration des films de patrimoine. Saint-Prix (Île-de-France) est ainsi la première ville à rejoindre la campagne. La commune se lance dans la course pour le financement participatif de la restauration du film « Les Tontons flingueurs ». Le Maire de Saint-Prix, Jean-Pierre Enjalbert, encourage les administrer à participer aux dons dédiés au film de Georges Lautner sur le site de Celluloid Angels. Les contributeurs deviendront ainsi les parrains du film et seront invités à une soirée exceptionnelle à Saint-Prix pour découvrir en avant-première le film restauré en 4K ainsi que les coulisses de cette restauration. Par cette occasion le Maire de Saint-Prix est devenu le premier ambassadeur de la plateforme montrant ainsi l’exemple aux autres communes de France.

celluloidangels_ambassadeurs-002En rejoignant le Club des Ambassadeurs de Celluloid Angels, les villes et villages de France peuvent créer un évènement local fédérateur avec leurs administrés autour d’un projet original.

Aujourd’hui et depuis la création du site, la campagne des « Tontons flingueurs » a récolté plus de 26 000€ pour sa restauration. Plus de 300 cinéphiles, défenseurs du patrimoine ou simples curieux, sont ainsi devenus des « mécènes » – chacun selon ses moyens – pour la restauration en 4K du film de Georges Lautner et pourront en suivre toutes les étapes.

De Méliès à la 3D : La Machine Cinéma, première visite à la Cinémathèque française

Par défaut
2016-10-03-08-03-07

La nouvelle exposition exceptionnelle sur le matériel cinématographique à la Cinémathèque française. (c) DR.

« De Méliès à la 3D : La Machine Cinéma » est la première exposition de matériels cinématographiques de cette envergure qui ne connait jusqu’à présent aucun équivalent dans le monde. Conçue et produite par la Cinémathèque française (51 rue de Bercy, 75012 Paris), elle est ouverte du 5 octobre au 29 janvier 2017 et retrace les grandes évolutions technologiques de cet art, de la fin du XIXème siècle, jusqu’à l’ère numérique. Soigneusement scénographiée par l’agence NC, l’exposition – dont Laurent Mannoni (Cinémathèque française) est le commissaire et Roman Polanski le parrain – regorge de trésors uniques : les premières caméras de Marey, Lumière et Méliès, la Technicolor trichrome de 1932 créée à 27 exemplaires, dont il ne reste presque plus de modèles… L’exposition met également en lumière de nombreux projecteurs, des origines jusqu’au numérique, de la machinerie, du matériel de studios et de laboratoires, des affiches originales… soit 12 tonnes réparties sur 300 matériels exposés (il en reste encore 5700…

entree-expo-melies-cinematheque

Vernissage de la nouvelle exposition de la Cinémathèque française « De Méliès à la 3D : La Machine Cinéma »

…dans les réserves de la Cinémathèque française !). Un parcours à la fois esthétique, technologique et historique ponctué de projections, de sons et de machines en état de marche… à l’instar du haut-parleur d’origine Western Electric du système Vitaphone (NY 1927) qui permet aux visiteurs d’écouter une chanson du film Le Chanteur de Jazz comme en 1927, tout en regardant un extrait de l’oeuvre.

Un travail d’équipe

2016-10-03-08-45-42

Laurent Mannoni (Cinémathèque française), commissaire de l’exposition « De Méliès à la 3D : La Machine Cinéma ».

Une trentaine de personnes ont travaillé aux côtés de Laurent Mannoni et Laure Parchomenko (Cinémathèque française), telle une petite équipe d’un film où chacun à son rôle à jouer : scénographie, agencement, graphisme, audiovisuel, transport, encadrement, accrochage, lumière… Une exposition en partenariat avec des mécènes : Gaumont, Pathé et Transvideo, avec la participation d’industriels du cinéma, notamment Aaton Digital ; Arri ; Kodak ; Thales Angénieux ; Loumasystems, Technès, TSF, Christie, etc. Mais également l’agence BETC qui a redessiné l’ensemble de la communication de la Cinémathèque française (nouveau logo, ligne graphique…). Ou encore l’institut culturel de Google qui a participé à la production du film « Kinoscope » (Ex Nihilo / Novelab) co-réalisé par Philippe A. Collin en réalité virtuelle (VR-360°) et qui permet aux visiteurs de s’immerger dans l’histoire du cinéma avec des lunettes Google Cardboard.

Catalogue de l’exposition

catalogue-de-melies-a-la-3dUn superbe ouvrage « De Méliès à la 3D : la machine cinéma » de Laurent Mannoni, co-édité par la Cinémathèque française / Lienart, est disponible dans toutes les bonnes librairies. Un livre unique et indispensable richement illustré de documents inédits sur 304 pages et plus de 350 illustrations (Relié/Format 21x26cm – 35 €) qui se veut un cheminement dans la longue histoire des techniques cinématographiques à travers les collections de la Cinémathèque française et par le biais de quelque 120 dates (du XVIIIe siècle à nos jours) marquant l’évolution de cet art.

En parallèle de l’exposition, le Conservatoire des techniques cinématographiques de la Cinémathèque française reprend ses conférences avec vendredi 7 octobre, 17h00, salle Henri Langlois : La Machine Cinéma : Conférence de Laurent Mannoni suivie d’une rencontre avec le directeur photo Pierre-William Glenn animée par Bernard Benoliel et Laurent Mannoni. Retrouvez le calendriers des autres conférences sur ce lien.

2016-10-03-08-57-49

Caméra à 3 films négatifs 35 mm Technicolor (1932) dont il ne reste que très peu de modèle (exemplaire N°26/27).

2016-10-03-08-56-44

Reconstitution d’un plateau de tournage avec différentes caméras (Coutant, Debrie…) et projecteurs. Au centre le fauteuil de réalisateur de Marcel Carné.

2016-10-03-08-26-32

Projecteur 35 mm Cinemeccanica Zenith X 2001 projetant en CinémaScope un extrait en boucle du film photographié par Raoul Coutard « Le Mépris » de Godard.

camera-35-mm-4-objectifs-camereclair-de-jean-mery

Caméra 35mm à 4 objectifs Caméréclair de Jean Mery, Eclair, qui a été utilisée sur le film Les Croix de Bois de Raymond Bernard (1932).

perforeuse-de-film-trichrome-65-mm-g-de-giglio

Perforeuse de film trichrome 65 mm G. de Giglio, Turin, 1913.

Cinémathèque française, De Méliès à la 3D : La Machine Cinéma. L’exposition à ne pas manquer !

Par défaut

capture-decran-2016-09-29-a-18-02-58Grâce à ses collections, parmi les plus riches au monde, la Cinémathèque française (Paris XIIe) présente du 5 octobre 2016 au 29 janvier 2017 une exposition inédite sur l’histoire de la technique et sur les métamorphoses successives de l’image animée, de la fin du XIXe siècle jusqu’à l’ère numérique. Une traversée spectaculaire, pédagogique et poétique de l’histoire du cinéma, à travers ses extraordinaires inventions, des premières photographies animées jusqu’à l’ère numérique.
Découvrez caméras et projecteurs en fonctionnement, plateaux de tournage, films rares ou en 3D, dans un espace d’exposition transformé en une vaste salle des machines, sonore et lumineuse !
Parcourez aussi, en réalité virtuelle, la « Grande galerie de l’évolution du cinéma » grâce au film court Kinoscope, une expérience immersive avec Google Cardboard. Pour les enfants, un guide de visite, réalisé par Paris Mômes et distribué gratuitement, propose un parcours de découverte en quelques étapes clés. Commissaire de l’exposition : Laurent Mannoni (La Cinémathèque française).

Renseignements : ici.

Vectracom numérise des fonds audio du Parlement européen

Par défaut
Parlement européen Strasbourg

Le Parlement européen

Vectracom, le spécialiste de la préservation et la valorisation des médias, a été sélectionné par le Parlement européen pour la numérisation d’environ 50 000 cassettes sur lesquelles sont enregistrées des réunions de travail de parlementaires.

Les Archives Historiques du Parlement Européen (AHPE) ont attribué le marché à Vectracom au terme d’une procédure classique d’appel d’offres européen. Le projet entre dans le cadre de leur mission qui consiste à collecter, traiter, conserver et mettre à disposition les documents produits ou reçus par les différents services et organes du Parlement européen. La signature du contrat a eu lieu au cours du second semestre 2015 et la phase initiale de test est maintenant achevée.

Pour traiter ce projet, Vectracom a construit un nouveau système de numérisation parallèle constitué de 24 chaînes de transfert à 2 canaux. Il est constitué de 24 magnétophones double platine neufs de marques diverses alimentant des convertisseurs SSL associés à des logiciels Pro Tools. Les modulations sont numérisées en 24bits/48khz selon les recommandations de l’IASA (International Association of Sound and Audiovisual Archives).

Après leur numérisation, les enregistrements sont délimités par un opérateur avant d‘être analysés par un système Dubbin de Cubetec. Ce dernier établit un rapport qui aide les opérateurs de contrôle qualité à valider les fichiers de conservation qui sont créés avec des poignées de sécurité en début et fin d’enregistrement.

Les fichiers de conservation sont livrés avec des fichiers MP3 à 256 kbps pour la consultation. Ces fichiers sont tous vérifiés après leur création et une validation aléatoire est finalement réalisée par un opérateur.

Aucune restauration n’est réalisée en première approche mais Vectracom a pour mission de conseiller les AHPE pour d’éventuels traitements numériques lorsque ceux-ci font sens.

Avec les fichiers audio, Vectracom livre un ensemble de fichiers correspondant pour chaque enregistrement aux métadonnées techniques et de transfert des enregistrements et aux scans des jaquettes des cassettes.

La production a maintenant commencé avec un premier lot de 3500 cassettes. Il a été enlevé au Luxembourg par les moyens logistiques de Vectracom et acheminé à Paris pour être traité dans le centre d’opérations principal de l’entreprise. La production continuera au rythme imposé par les AHPE. Il est prévu qu’elle dure pendant les 4 années du contrat.

Magic Hour équipe la cinémathèque de Toulouse en Lasergraphics

Par défaut

LaserGraphics Cinémathèque

MagicHour, distributeur d’équipements cinéma et broadcast, a réalisé l’intégration, le paramétrage et la fourniture d’un Scan Station Personal de Lasergraphics à la cinémathèque de Toulouse.

Pour Arianna Turci, conservatrice de la cinémathèque de Toulouse, « L’acquisition de ce scanner est le coup d’envoi de la politique de numérisation prochainement mise en place au sein de la cinémathèque de Toulouse. L’investissement est modéré et performant » Le scan permettra de gérer une urgence de conservation et de sauvegarde d’un ensemble de longs métrages 35 mm « très abimés par le temps ou affichant un réel syndrome du vinaigre ». Ils seront conservés à la fois sur support LTO et sur l’espace de stockage centralisé de la cinémathèque.

« Nous étions dotés d’un télécinéma SD acquis il y a sept ans mais qui ne correspondait plus à la demande des institutions avec lesquelles nous travaillons. » La cinémathèque doit faire face à une demande croissante en termes de documents HD et anticipe déjà une potentielle demande 4K. Il répondra également aux demandes extérieures des chaînes de télévision, archives, sociétés de production, etc.

Capture d’écran 2015-12-18 à 19.58.42

Des bobines films qui n’attendent qu’à être numérisées. (c) Cinémathèque de Toulouse.

La station est attachée à un PC d’une capacité de 8 To, lui-même connecté à un SAN de 80 To, point d’échange et de stockage des fichiers numérisés de la cinémathèque. Une station Avid Media Composer assure le montage des éléments numérisés. Accessibles via un réseau 10 Gbits sur le NAS, les fichiers sont disponibles en mode collaboratif, qu’il s’agisse d’éléments DCP pour la cabine de projection ou d’archives composées majoritairement de sauvegardes de copies 35 mm ou 16 mm (films d’exploitation, films institutionnels et familiaux à vocation historique).

Vectracom : 140 000 bandes magnétiques audio à numériser pour la radio suisse RTS

Par défaut
Operation de numérisation en parallèle d'archives audio chez Vectracom / High end paralleled digitization operations for audio heritage at Vectracom

Operation de numérisation en parallèle d’archives audio chez Vectracom / High end paralleled digitization operations for audio heritage at Vectracom

Vectracom, le prestataire français d’archivage des médias (film, vidéo, audio), annonce que la Radio Télévision Suisse – RTS (groupe SSR SRG), l’a sélectionnée pour numériser une grande partie de son fonds radiophonique ; Soit plus de 80 000 heures de programmes audio archivés sur 140 000 bandes magnétiques ¼  » qui seront numérisées lors des quatre prochaines années.

Ces archives constituées du fonds Radio-Genève et du fonds Radio-Lausanne regroupent toute la production réalisée par la RTS entre 1951 et 2001. Ceci comprend la production parlée (interviews, reportages, etc.) et la production musicale.

La société dirigée par Laurent Gignoux réalisera l’ensemble des prestations depuis la logistique, la préparation des bandes, la numérisation parallélisée (8 lignes), la supervision automatisée et le contrôle de qualité jusqu’à la livraison des fichiers BWF incluant l’audio et les métadonnées.

Pour obtenir la meilleure qualité possible et selon les souhaits de la RTS, le contenu parlé sera numérisé en 48 kHz/24bits, la production musicale en 96 kHz/24bits, et tous fichiers et processus seront conformes aux recommandations de l’IASA.

Comme désiré par la RTS, Vectracom utilisera des codeurs numériques de la société Weiss, reconnue pour la très grande qualité de ses équipements. De plus, toutes les étapes du projet seront contrôlées par le gestionnaire de workflows de Vectracom. La solution mise en place intègre des outils de numérisation de dernière génération connectés à des lecteurs anciens (des magnétophones Studer A807 et A810) parfaitement entretenus et exploités par un personnel hautement qualifié. Grâce à ce parc d’équipement vintage et à ses compétences, Vectracom est l’un des rares prestataires à même de proposer ce type de prestation.

Le gestionnaire de workflows développé par Vectracom contrôle toute la chaîne de production. Il est associé aux systèmes automatisés Quadriga et Dobbin de la société Cube-Tec pour le contrôle de la numérisation, l’analyse et la standardisation des fichiers. Cette solution répond aux exigences de compatibilité de la RTS qui a déjà numérisé une partie de ses archives avec ces équipements. Pour une plus grande transparence, Vectracom a mis en place «Trusted playback » de Cube-Tec qui permet de partager en ligne avec la RTS les informations sur l’état des 8 lignes de numérisation. La production a récemment commencé sous la supervision conjointe des équipes de Vectracom et RTS.

Les archives audiovisuelles de l’armée française bientôt disponibles en ligne

Par défaut

VIDELIO-Media_ECPAD (1)L’ECPAD (Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense) conserve près de 11 millions de photos et 30 000 films, un patrimoine audiovisuel exceptionnel. En choisissant de se doter d’une nouvelle plate-forme numérique, l’ECPAD va pouvoir ouvrir et mettre en valeur au mieux son fond d’archives en offrant un service de consultation sur Internet dès 2016.
L’ECPAD a fait appel à Videlio – Media pour cette mise en œuvre de la nouvelle plate-forme numérique qui va de l’acquisition automatisée des sons, vidéos et photos jusqu’à sa publication sur internet.