Groupe M6 : un pas en avant vers la transition IP de ses infrastructures techniques

Par défaut
M6 Mathias Bejanin CTO M6

Mathias Bejanin, CTO du groupe M6

Harmonic, le fabriquant américain de matériels audiovisuels, vient d’équiper les chaînes du groupe M6 en serveurs de diffusion et de stockage qui contribueront au passage de son infrastructure réseau classique SDI à un dispositif média sur réseau IP. Ces équipements s’appuient sur les nouvelles normes SMPTE ST 2110 (professional media over managed IP networks) qui caractérisent la livraison des médias sur réseau IP ; ainsi que la norme SMPTE 2022-7 (seamless protection switching) qui définit une commutation « propre » des flux vidéo sur réseau IP.

Harmonic Spectrum X

Serveur Spectrum X Harmonic

« Nous faisons confiance aux solutions d’Harmonic depuis plus de dix ans et nous apprécions leur engagement en matière de fiabilité et d’innovation explique Mathias Bejanin, directeur technique du groupe M6. Quand notre infrastructure sera prête pour la production en direct sur IP, nous serons les premiers sur le marché à déployer cette technologie, marquant ainsi notre avance en matière d’innovation, d’efficacité et de sécurité des process ».

Harmonic MediaGrid

Stockage partagé MediaGrid Harmonic.

Les produits Harmonic sélectionnés par M6 incluent les serveurs Spectrum X et le stockage partagé MediaGrid. Les premiers serviront à l’acquisition des contenus, la commutation des sources en direct avec leurs habillages graphiques, les DVE, leur diffusion 24h/24 – 7j/7, la vérification des flux et leur supervision manuelle via le contrôleur vidéo Omnium (Broadteam). Le stockage partagé MediaGrid Harmonic sera rattaché aux opérations de montage et de diffusion au sein des équipes de M6.

Les neufs robots de Boston Dynamics qui vont changer le travail des humains

Par défaut

L’entreprise américaine Boston Dynamics est sans conteste la plus prometteuse en matière de développement de robots à l’apparence humaine ou animale. Des machines imaginées par plus de 300 ingénieurs, qui allient mécanique, électronique, cartographie et intelligence artificielle.

Boston Dynamics

Rattachée au célèbre MIT (Institut de technologie du Massachusetts) à sa création en 1992, la société vient d’annoncer qu’elle commercialisera en 2019 son premier robot quadrupède SpotMini. Le fondateur et actuel PDG de l’entreprise Marc Raibert désire en effet mettre en vente des exemplaires de cette machine l’an prochain et ainsi confirmer le potentiel commercial de la société qui a été cédée en 2017 par Alphabet-Google à la holding japonaise Sofbank. Le montant à débourser pour ce quadrupède dont le comportement s’apparenterait à un chien n’a pas été dévoilé. Il pourrait servir aussi bien à des fins militaires, domestiques que de sécurité. Boston Dynamics a publié une vidéo des 9 robots prototypes qui devraient changer notre manière de vivre et de travailler dans les années à venir. Enjoy !

Chine : premier cinéma équipé en EclairColor HDR avec l’exploitant Bestar Cinemas et l’intégrateur Great Ocean

Par défaut
  • Premier film chinois mastérisé au format EclairColor High Dynamic Range par Eclair

Le Groupe Ymagis, spécialiste des technologies numériques pour l’industrie du cinéma, et l’intégrateur Chinois Great Ocean annoncent le lancement de la première salle de cinéma en EclairColor HDR (High Dynamic Range) dans la ville de RuiAn avec l’exploitant Bestar Cinemas. Au sein du tout nouveau multiplexe de Bestar Cinemas, la technologie EclairColor est au cœur du dispositif Premium Large Format (PLF) baptisé « STARX » et qui est équipé d’un écran de 22 mètres de base, de 600 fauteuils et d’un système de projection quad SRX-R515QS de chez Sony Digital Cinema.

Ymagis_EclairColor_BestarCinemas Lite(4)

« Nous sommes particulièrement heureux de pouvoir présenter pour la toute première fois en Chine cette nouvelle technologie HDR, au sein de notre nouveau multiplexe, situé dans le centre commercial Wuyue à RuiAn« , commente Jiang Yuanxin, Directeur Général Adjoint de Shanghai Bestar Cinemas Management Co. « EclairColor combiné à Sony délivre une qualité d’image supérieure qui apporte encore plus d’émotions à l’écran, améliorant ainsi de façon significative le taux de satisfaction de nos spectateurs. Dans le cadre de notre plan de développement, nous souhaitons ouvrir en Chine d’ici 2021, 50 salles STARX PLF équipées de la technologie EclairColor au sein de nos actuels et futurs cinémas. »

Ymagis_EclairColor_BestarCinemas Lite(1)

Pour Zhang Liang, Directeur Technique de l’intégrateur Chinois Great Ocean, « la collaboration avec les équipes d’EclairColor s’est parfaitement bien déroulée lors de l’installation de notre premier site à RuiAn. La palette de couleurs qu’apporte EclairColor est beaucoup plus riche et les nuances sont très fines permettant d’obtenir à l’écran de vrais couleurs noires, comme cela a été démontré lors de la projection du film Chinois Dying to Survive en EclairColor. Tous les cinémas, quelle que soit la taille des écrans, peuvent s’équiper en EclairColor HDR. Par ailleurs, le système de projection Sony Digital Cinema 4K peut être utilisé par les exploitants pour projeter aussi bien les contenus masterisés en EclairColor que les contenus au format habituel (« DCI »). »

Ymagis_EclairColor_BestarCinemas Lite(2)

« Nous espérons pouvoir annoncer dans les prochaines semaines de nouvelles installations en EclairColor grâce à notre premier site témoin à RuiAn avec notre partenaire Great Ocean« , déclare Simon Eyriès, Chef de projet EclairColor. « L’arrivée d’EclairColor en Chine est une étape clef pour les cinéastes et les exploitants chinois qui ont désormais accès à une technologie HDR disponible, efficace et économique. A cette occasion, Eclair (le pôle d’activités contenus du Groupe Ymagis) a produit le premier DCP EclairColor d’un long-métrage produit et filmé en Chine Dying to Survive, réalisé par Wen Muye« 

Thierry Drilhon (Euromedia) nommé Président de la Chambre de Commerce & d’Industrie Franco-Britannique

Par défaut

Euromedia_Thierry Drilhon

Le conseil d’administration de la Chambre de Commerce & d’Industrie Franco-britannique vient de nommer Thierry Drilhon Président de la Chambre avec effet immédiat.

«Je suis très honoré  de cette nomination et suis conscient  des enjeux pour nos deux pays à ce moment clé de notre histoire. Je continuerai avec la même passion le travail remarquable entrepris par Olivier Campenon et toute l’équipe de la Chambre pour faire entendre la voix des entreprises et contribuer ainsi à construire des relations commerciales fortes et pérennes entre nos deux nations » a-t-il déclaré.

Agé de 53 ans, Thierry Drilhon est diplômé de l’EAD Paris et de l’université de Stanford aux USA, il intervient comme Senior Advisor du fonds Francisco Partners et est Administrateur des sociétés Beijaflore, Synapscore et Tiaré Groupe. Il était également Vice-Président de la Chambre.

Il prend la présidence de la Chambre à un moment clé de ses 145 ans d’existence, exactement deux ans après le Référendum historique qui aboutira à la sortie de l’Union Européenne du Royaume Uni.

Le Président sortant, Olivier Campenon, a œuvré pendant ses deux années de mandat pour rapprocher les communautés franco-britanniques dans ce contexte nouveau et pour représenter avec fermeté la position et les intérêts des entreprises pendant les discussions à Londres et à Bruxelles. Le conseil d’administration a tenu à le remercier vivement pour son engagement sans faille tout au long de son mandat.

SON PARCOURS

Thierry Drilhon met au service de la Chambre son expérience d’une longue carrière internationale. Après avoir exercé des fonctions exécutives chez DIGITAL (11 ans), MICROSOFT (5 ans), il rejoint CISCO en 2000 comme CEO France puis Vice-Président Europe puis enfin, au niveau mondial, Senior Vice- Président Corp. en charge des Partenariats et Alliances et membre du Comité Exécutif.

Euromedia Car B40 UHD_8

Ces 5 dernières années, il pilote, en tant que Chairman et CEO, la transformation du groupe EUROMEDIA pour en faire le leader européen du Broadcasting au travers d’une profonde transformation, d’acquisitions (8) et de cessions mais aussi d’un renouvellement de l’actionnariat, avec l’entrée du fonds PAI, permettant ainsi de soutenir le développement du groupe. Il a développé durant toutes ces années un important savoir-faire en termes de leadership direct ou par influence.

EUROMEDIA a atteint des résultats record en 2017 avec un Ebitda de 72 millions d’Euros pour 360 millions de Chiffre d’Affaires.

Adepte d’une vision “Francoptimiste”, il est l’un des cofondateurs des “Etats de la France” qui réunit depuis 12 ans des dirigeants de grandes entreprises pour établir un bilan de conjoncture Economique, Politique, Sociale et Internationale.

Passionné par les sujets d’éducation, il donne des conférences au MBA d’HEC depuis près de 10 ans.

Georacing à la manœuvre sur le suivi virtuel de la compétition du Tour Voile 2018

Par défaut

La société Trimaran a été choisie par Amaury Sport Organisation (ASO) pour déployer ses technologies Georacing de tracking GPS et de visualisation virtuelle d’événements sportifs « outdoor » (en extérieur) lors du Tour Voile 2018 (l’ancien Tour de France à la voile), du 6 juillet au 22 juillet, soit 15 jours de compétition et 2 jours de repos. Un parcours qui débute à Dunkerque et se termine à Nice.

Georacing_Tour-voile-2018

Grâce à des balises GPS positionnées sur les bateaux des 26 teams participants, les fans peuvent suivre en temps réel toutes les régates sur un lecteur vidéo interactif pour le digital (web et mobile). Positionnements, vitesses, écarts, classements… sont accessibles à tous, via le lien « Cartographie » du site internet du Tour Voile et grâce à l’application mobile Georacing (iOS & Android). Georacing réalise quotidiennement des séquences virtuelles en 3D en alternance sur la finale des stades nautiques et le raid côtier qui viennent enrichir le contenu des résumés sportifs diffusés dès le lendemain sur différents médias (TV & Digital).

Georacing_3D-1024x577

Cette année, le Tour Voile fête ses 40 ans. Plus condensé que les années précédentes et alternant entre des manches en Stades Nautiques et des Raids Côtiers, il est encore plus intense et exigeant pour les participants. Il passe notamment par Dunkerque, Dieppe, Barneville-Carteret, Baden-Golfe du Morbihan, Gruissan, Hyères et Nice.

CGR Cinémas Paris Lilas (Jocelyn Bouyssy) : « 1 million d’euros pour une salle premium immersive ICE »

Par défaut

Jocelyn Bouyssy, le directeur général du groupe CGR – premier circuit cinématographique en France avec 73 cinémas – a inauguré le 20 juin dernier en présence de nombreux invités le nouveau complexe cinéma du groupe CGR à la Porte des Lilas à Paris. Un cinéma de 7 salles rebaptisé CGR Paris Lilas, suite au rachat du groupe Cap’Ciné en novembre 2017.

CGR Jocelyn Bouyssy IMG_3419

Jocelyn Bouyssy, directeur général du groupe CGR à l’inauguration du cinéma Paris Lilas, le 20 juin 2018. © Lionel Ollier

L’ensemble du lieu, entièrement rénové et repensé, dispose d’une salle Premium particulière (la n°4) baptisée ICE (Immersive Cinema Experience) qui se distingue des autres par son côté immersif. C’est la 19ème salle CGR en France à disposer de ce procédé (une exclusivité CGR Cinémas) qui associe qualité visuelle, sonore et confort du spectateur (taille et espacement des sièges inclinables, gradinnage rehaussé…) En plus d’une excellence sonore qui « enveloppe » le spectateur (Dolby Atmos qui met à contribution 53 haut-parleurs dont certains au plafond) et d’une qualité visuelle lumineuse et cristalline (projecteur laser 4K Christie 9P à 60K lumens, 14 pieds-Lambert pour la 2D et 7fL en 3D), la salle dispose de 12 panneaux Led latéraux Philips (technologie LightVibes, propriété de CGR suite à son rachat à Philips) qui prolongent sur les côtés l’environnement sensoriel de l’écran principal et plonge le spectateur dans l’action.

CGR Porte des Lilas Paris_IMG_3403

Le cinéma CGR Paris Lilas. ©Lionel Ollier

« Il faut compter 1 million d’euros d’investissement pour une salle ICE LightVibes, explique Jocelyn Bouyssy, Dg du groupe CGR. Luc Besson a été le premier à nous faire confiance sur son film Valérian ; notre laboratoire de post-production à La Rochelle se charge d’incorporer la technologie LightVibes aux copies numériques. Pour des raisons de sécurité, c’est un véritable bunker ; je n’ai moi-même pas le droit d’y pénétrer ! » Depuis la sortie du film de Besson, plusieurs studios américains ont fait confiance à Jocelyn Bouyssy et à son concept ICE LightVibes dont Warner, Sony, Universal, Disney Nature… et prochainement Paramount (en discussion). Un succès qui fait qu’aujourd’hui CGR propose sa technologie à d’autres exploitants sans demander de royalties. A charge pour eux d’adapter leurs salles à ce label et son haut standard de qualité. Certains films diffusés dans la salle ICE ne bénéficient pas du format LightVibes – les spectateurs en sont avertis avant d’acheter leur billet – Ils peuvent malgré tout apprécier les bandes-annonces formatées ainsi. CGR espère pouvoir sortir chaque année une vingtaine de films en immersion sensorielle LightVibes.

Salle premium ICE by CGR 02LD

Salle ICE LightVibes avec ses panneaux latéraux Led. ©DR

Le spectateur bénéficie d’un accueil ICE privilégié dès le hall du cinéma. Grâce aux fauteuils numérotés, il peut réserver la place de son choix, en ligne ou directement au cinéma. Le prix des billets reste raisonnable pour cette salle premium : 15€ en plein tarif ; 11€ tarif réduit pour les moins de 26 ans ; et 8€ en matinée et pour les enfants toute la journée. Un véritable succès pour CGR qui proposera 7 nouvelles salles ICE d’ici la fin de l’année.

Didier Huck remplace Didier Diaz à la présidence de la FICAM après 2 ans de mandat

Par défaut

« It’s a Man’s, Man’s world »

Mr. Didier HUCK / TECHNICOLOR

Didier Huck, nouveau président de la FICAM

Didier HUCK, Directeur des relations institutionnelles et RSE de la société Technicolor – Mikros, a été élu président de la FICAM, la Fédération des Industries du Cinéma, de l’Audiovisuel et du Multimédia, le 19 juin 2018. Un nouveau Comité Directeur de personnalités issues de l’univers des Industries de la Création a été désigné par les entreprises adhérentes.

Didier Diaz n’aurait pas souhaité se représenter pour un second mandat selon nos informations. La FICAM a tenu à le remercier chaleureusement pour son engagement durant ces deux ans.
Pour son premier mandat, Didier HUCK sera entouré par 10 personnalités issues de l’univers des Industries de la Création, toutes élues par les entreprises adhérentes de la FICAM.

Le nouveau Comité Directeur de la FICAM se décompose ainsi :

Présidence de la Fédération : Didier HUCK, Directeur des Relations institutionnelles et RSE TECHNICOLOR MIKROS,

Vice-Présidence Fiction Télévision : Pascal MOGAVERO, DG ECLAIR,
Vice-Présidence Flux Télévision : Olivier GERRY, Secrétaire Général AMP VISUAL TV (Titulaire) et Alain RAPPOPORT, Président PLANIMONTEUR (Suppléant)

Vice – Présidence Long Métrage : Didier DIAZ, Président TRANSPALUX,

Vice-Présidence Animation Effets Visuels : Jacques BLED, Président ILLUMINATION MAC GUFF,

Présidence Déléguée Commission Sociale : Sidonie HUART, DG WAYMEL POSTPRODUCTION (Titulaire) et Olivier BINET, DG Tapages & Nocturnes (Suppléant),

Présidence Déléguée Commission Innovation, Recherche & Développement et Technique : Pascal BURON, Directeur Général Adjoint TSF,

Présidence Déléguée Commission Observatoire Métiers et Marchés : Christophe MASSIE, PDG ORFEO,

Présidence Déléguée Administration et Juridique : Alexandre TAIEB, DG DUBBING BROTHERS.

La ville de Nice veut croire en un nouvel essor des Studios La Victorine

Par défaut
Studios_Riviera_La_Victorine_Nice_2

L’ancien panneau des Studios La Victorine.

C’est ce mercredi 11 avril à la Cinémathèque française et en présence de son président, le cinéaste Costa-Gavras, que Christian Estrosi (maire de Nice) a présenté le « Comité Victorine », coordonné par Eric Garandeau (ancien Président du CNC). Ce comité est chargé de trouver de nouvelles orientations de développement afin de redonner souffle à ces plateaux de cinéma centenaires. Il est composé de personnalités du monde du cinéma et de l’audiovisuel : Véronique Cayla ancienne présidente du CNC et présidente d’Arte, Xavier Couture, producteur et ancien pdg Canal+, David Kessler, patron d’Orange-cinéma, Thierry de Segonzac, président fondateur de TSF et président du Pôle Media Grand Paris, Pierre Lescure, président du festival de Cannes, Joann Sfar, réalisateur niçois, Bertrand Bonello réalisateur niçois, scénariste, compositeur et Claude Lelouch, réalisateur. La municipalité de Nice avait décidé de reprendre en régie la gestion des Studios La Victorine (ex Studios Riviera) en novembre dernier (Euromedia France se chargeait précédemment de la gestion du site sous forme d’une délégation de service public) afin de donner une nouvelle impulsion à ce site emblématique – Estrosi ayant estimé qu’Euromedia n’avait pas développé l’activité et modernisé les équipements comme il aurait fallu et qu’il avait laissé « vivoter » le site pendant des années. Des plateaux qui font partie de l’histoire du cinéma français et où se sont tournés des films comme Les visiteurs du soir, La nuit américaine, Les enfants du Paradis, Et dieu… créa la femme, Mon oncle, La sirène du Mississipi, Brice de Nice…

Studios_Riviera_La_Victorine_Nice

Les studios Riviera ont été repris par la ville de Nice en novembre 2017 et rebaptisés de leur nom d’origine Studios La Victorine.

Il s’agit également pour Nice de protéger le terrain – qui appartient à la ville depuis 1960 – de la promotion immobilière, alors que durant la municipalité Peyrat (maire de Nice de 1995 à 2008) des bruits courraient de reprise de ce terrain exceptionnel (situé à 5 minutes de l’aéroport de Nice Côte d’Azur) par des investisseurs russes. Reste aujourd’hui à convaincre les producteurs de cinéma français et étrangers de venir tourner sur ces dix plateaux (400 m² à 1200 m²). Christian Estrosi peut compter sur le crédit d’impôt national et international mais cela ne sera pas suffisant sans une modernisation drastique de cet outil de production. Difficile de dire également si ce « Comité Victorine » pourra faire mieux qu’Euromedia France qui a géré et développé des plateaux de cinéma et de télévision durant 35 ans…

France 3 place une caméra Superloupe sur le Paris-Roubaix pour offrir des images inédites aux téléspectateurs…

Par défaut

France 3 teste ce dimanche 8 avril 2018 la caméra Superloupe® sur une des 8 motos du Paris-Roubaix, une première pour une épreuve cycliste, a annoncé la chaîne samedi. Développée par la société aixoise DVS (Euromedia France), la Superloupe® permet de filmer des ralentis haute vitesse qui révèlent « des choses qu’on n’a jamais vues avant », a…

SuperloupeRoubaixx

La caméra Superloupe allégée sur le départ du Paris-Roubaix 2018.

… déclaré le réalisateur de l’épreuve (et du Tour de France) Jean-Maurice Ooghe. Nombre de détails pourront ainsi être visionnés à l’écran comme la tension des muscles, l’expression des visages, la déformation des roues sur les pavés…  La caméra a déjà été utilisée sur des matchs de football, du tennis ou sur l’arrivée du Tour de France mais principalement en mode filaire. Sur le Paris-Roubaix, elle permet de filmer des ralentis à 300 images/sec. en HD et liaison sans fil (HF). La caméra avait déjà été testée sur une moto en 2014 lors d’une épreuve cycliste pour France Télévisions mais s’était avérée trop lourd pour le caméraman. Aujourd’hui, elle revient en mode allégée sur le Paris-Roubaix grâce au transfert d’une partie de

IMG_3429

Une partie de l’électronique de la Superloupe déportée dans la sacoche d’une moto.

l’électronique (BPU) dans les sacoches de la moto. Cette Superloupe® pourrait être adoptée sur le Tour de France dès cette année si son utilisation est satisfaisante, selon Jean-Maurice Ooghe, et si elle est validée avec les partenaires de l’opération: ASO, organisateur du Paris-Roubaix et du Tour de France, et DVS.

Interview d’Aram Novoyan, fondateur de Digital Vidéo Sud (DVS) et inventeur en 2004 de la Superloupe® :

  • Pourquoi avoir attendu 4 ans avant de sortir cette version Tour de France ?

Aram Novoyan : Les premiers tests réalisés en 2014 pour France Télévisons étaient très réussis d’un point de vue technique avec l’assurance d’un apport éditorial indéniable mais la caméra était encore trop lourde pour être exploitée pendant 6 heures par les cameramen du tour.

Sans compter que la prise d’antenne se fait de plus en plus tôt ces deniers années ..

Nous étions donc résignés car gagner 2 kg nous paraissait impossible en gardant le niveau de fiabilité indispensable pour une telle épreuve.

D’autre part nous souhaitions aller vers la 4K ce qui rendait le challenge impossible.

  • Et comment avez-vous résolu ces contraintes ?

Aram Novoyan: Notre client France Télévisions ne nous a pas lâché et nous a encouragé à travailler le projet. Au final nous avons trouvé la solution en déportant une partie de l’électronique dans un BPU afin de l’intégrer dans une des sacoches moto.

Les contraintes furent nombreuses le développement et la fabrication du prototype furent longs mais aujourd’hui nous sommes prêts.

Roubaix est un excellent test pour éprouver la solidité des équipements.

 

 

Technicolor (cession) : le groupe français vend son activité licence de brevets à l’américain InterDigital

Par défaut
  • InterDigital s’engage à acheter la quasi-totalité du portefeuille de brevets de Technicolor
  • La transaction valorise l’activité à environ 475 millions de dollars US, avec un paiement initial de 150 millions de dollars US
  • Accord de soutien financier pour la recherche permettant aux laboratoires de R&I de Technicolor de développer des programmes collaboratifs de recherche avec les laboratoires d’InterDigital
  • Une transaction qui conclut le recentrage de Technicolor sur ses activités opérationnelles

Technicolor a annoncé jeudi 1er mars 2018 un accord exclusif avec InterDigital (une entreprise américaine de R&D dans le domaine des technologies mobiles) par lequel la société s’engage irrémédiablement à acquérir les activités de Licences de Brevets de Technicolor.

L’accord inclut la vente de la quasi-totalité du portefeuille de brevets de Technicolor (une activité lucrative qui avait assuré presque tous les bénéfices de Technicolor au début des années 2010), excepté les brevets liés à l’activité terminaux mobiles, un petit nombre de brevets pour des technologies naissantes et certains brevets associés à des groupes de brevets. L’accord comprend également les intérêts de Technicolor dans le programme commun de licences avec Sony dans les domaines de la télévision numérique et des écrans d’ordinateurs et certains contrats portant sur des redevances. Un petit nombre de contrats, notamment ceux liés aux groupes de brevets tels que MPEG LA et HDMI seront conservés par Technicolor. Les équipes en charge des Licences de Brevets chez Technicolor seront intégrées par InterDigital qui bénéficiera ainsi de leur expertise et de leur savoir-faire uniques.

Technicolor Bill Merritt & Frederic Rose

William « Bill » Merritt, Pdg d’InterDigital et Frédéric Rose, Pdg de Technicolor.

Technicolor percevra un paiement initial de 150 millions de dollars US, auquel s’ajoutent 42,5% des flux de trésorerie futurs de l’activité d’InterDigital dans le domaine des Licences de produits électroniques grand public estimés prudemment par Technicolor  à une valeur (actuelle) nette d’environ 215 millions de dollars US.

Dans le cadre de cette transaction, Technicolor et InterDigital vont également conclure un accord de licences de concession perpétuelle qui permettra à Technicolor de pleinement exploiter ses activités restantes et de s’appuyer sur les brevets existants et à venir. Cet accord confèrera à Technicolor un niveau de protection de propriété intellectuelle identique à celui d’aujourd’hui.

Les activités opérationnelles de Technicolor ont versé environ 15 millions d’euros de redevances à l’activité Licence de Brevets en 2017, mais certains conflits d’intérêts ont commencé à émerger entre les deux divisions. Sur la base de ces chiffres, Technicolor a évalué la valeur de cet accord à 108 millions de dollars US.

Accord de soutien financier pour la recherche
Technicolor et InterDigital vont conclure un accord de coopération en matière de recherche. Les laboratoires d’Interdigital et la Recherche & Innovation de Technicolor développeront, au sein de cet accord, des programmes collaboratifs de recherche dans les domaines du codage vidéo, de la Maison Connectée et des technologies immersives. Les deux sociétés bénéficieront d’une force d’innovation commune de premier plan pour continuer à développer des technologies de pointe. L’objectif est de transformer cet accord en un partenariat de long terme.

Pendant toute la durée de la coopération, InterDigital versera à Technicolor 5 millions de dollars US par an. InterDigital investira 5 millions de dollars US supplémentaires par an dans les projets de R&D internes alignés avec les priorités de la coopération.

Recentrage sur les activités opérationnelles principales

Cette transaction conclut le recentrage stratégique de Technicolor sur ses activités opérationnelles. Le groupe simplifie ainsi sa structure et allouera son capital et ses ressources à ses activités opérationnelles principales (Services Entertainment et Maison Connectée). Technicolor utilisera le produit de la vente pour se désendetter.

Commentant la transaction, Frédéric Rose, DG de Technicolor a déclaré : « Cet accord va nous permettre de nous concentrer pleinement sur nos activités opérationnelles et contient un accord de coopération pour la recherche qui s’appuie sur l’expertise de nos équipes R&D. Je suis convaincu qu’InterDigital, en tant que leader mondial dans le domaine des licences, est le bon partenaire. Nous allons bénéficier de son expertise soutenue par une R&D spécialisée pour continuer à collecter à l’avenir les revenus provenant de l’activité de Licences de Brevets. Enfin, j’ajoute que rejoindre InterDigital constitue sans aucun doute une belle opportunité pour nos employés en Licences de Brevets qui pourront continuer à y développer leur expertise incomparable. »

William J. Merritt, PDG d’InterDigital a ajouté : « Technicolor est depuis longtemps un des leaders mondiaux de la recherche dans des domaines technologiques clés ; personne ne les égale dans le domaine des technologies vidéo. Pour les clients d’InterDigital dans le mobile, la combinaison de ces technologies se traduira par une plus grande valeur ajoutée et un éventail plus large de technologies. Cela constitue la base d’une collaboration et de relations plus étroites et plus efficaces. Cette transaction permet également d’élargir les marchés auxquels nos produits s’adressent. L’un des bénéfices clefs est l’accord de recherche entre Technicolor et InterDigital fondé sur un respect mutuel pour leurs capacités de recherche. Nous sommes très optimistes quant aux résultats de cette collaboration. »

La transaction devrait être finalisée à la mi-2018, après que les conditions de clôture habituelles et les conditions relatives au consentement des partenaires de Technicolor soient remplies.